Martin

Martin pêcheur à ventre roux (Megaceryle torquata)

Cette année nous avons voulu tester un autre moyen de transport: le canoë. Pour la photographe animalière que j’espère devenir, il s’agit d’un moyen silencieux permettant d’approcher les animaux (notamment les oiseaux) de (très) près. C’est ainsi que j’ai pu faire ce portrait de Martin pêcheur à moins d’une dizaine de mètres de l’embarcation. Le gros point négatif, pour la non sportive que je suis, c’est qu’il faut donner des bras surtout quand on est à contre courant, que la marée est faible et que les arbres et autres gros rochers tombés dans le lit de la crique empêche le canoë de passer. Je dois avouer que, lors de certains passages où il a fallut que je me mette à l’eau pour que l’on fasse passer le canoë, je ne faisais pas la fière. Mais le jeu en valait la chandelle, car le paysage découvert était magnifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *