Je pique et je gonfle

Diodon hystrix ( à confirmer)

 

Alors qu’il fallait souvent batailler pour s’approcher des poissons et les photographier, ce diodon avait un comportement pour le moins… étrange.

 

Sur une des plages  que nous fréquentions régulièrement (car très poissonneuse et offrant de magnifiques coraux à ceux qui osaient s’aventurer un peu loin du rivage), nous sommes tombés sur ce drôle de poisson qui barbotait sur la plage, dans à peine un mètre d’eau. Les masques, tubas et palmes à peine enfilés, voilà que la bête fonce à toute vitesse sur nous pour finalement nous tourner autour, se frottant parfois aux deux plongeurs étonnés. Etonnés, mais sur leurs gardes. Car il me semblait bien me souvenir que les piquants du bestiau étaient venimeux (vérification faite en rentrant, il s’avère que la toxine produite est mortelle. No comment…).

 

Ce diodon est donc resté une bonne demi-heure avec nous, allant jusqu’à nous mordiller les palmes, nous tournant autour à vive allure, ce qui fut parfois compliqué pour le cadrage ! Au final, un paquet de photos en gros plan (parfois assez comiques !) de cet animal si étrange et même quelques vidéos (ici ou). Après l’avoir abandonné pour une petite randonnée aquatique vers le large, nous avons eu la surprise de le retrouver au même endroit, mais dans sa forme « ballon de foot » ! En effet, ce poisson a la particularité de se gonfler en accumulant de l’air ou de l’eau dans son œsophage quand il se sent menacé. Plus curieux encore, cet individu si peu farouche avait la particularité de nager… sur le dos ! Tentant désespérément de se retourner, il semblait bloqué dans cette position inconfortable, nageant ainsi à la surface. Malheureusement, de jolies rencontres sous-marines un peu plus tôt avaient finies de vider les batteries de notre appareil étanche. Il n’y aura donc pas de clichés du diodon gonflé pour prouver nos dires.

 

Nous avions déjà croisé la veille un autre diodon, cette fois à une dizaine de mètres de fond. Le moins qu’on puise dire, c’est que l’espèce semble farouche : l’animal est resté prudemment caché sous un rocher jusqu’à ce que nous quittions les lieux. Alors pourquoi celui-ci s’approchait ainsi du rivage, jusqu’à tourner autour des curieux présents sur cette plage, pourquoi cette drôle de façon de nager une fois gonflé : nous n’avons toujours pas la réponse. Un jeune un peu perdu, un habitué des lieux nourri par les touristes, un individu malade… Bref, si vous avez une explication rationnelle à me proposer, je suis preneur !

 

Yann

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *