Coraux en danger

Pour une semaine consacrée à la faune sous-marine de Martinique, difficile de ne pas s’attarder un instant sur la base vitale de cet écosystème : les coraux. Avant qu’ils ne disparaissent…

Tous les habitants des fonds-marins martiniquais dépendent d’une façon ou d’une autre des coraux, à différents degrés selon leur place dans la chaine alimentaire. On pourrait parler pendant longtemps de ces minuscules animaux vivant dans d’immenses colonies, parfois en symbiose avec des micro-algues. Mais surtout, quel spectacle pour les plongeurs ! Lorsque l’on nage au dessus d’un récif corallien, on est frappé devant la diversité de formes et de couleurs. On passe ainsi devant de petits tubes jaunes, puis on s’étonne devant un immense buisson sous-marin ou de curieuses branches flottant au gré du courant, avant de tomber face à un immense champ de « cerveaux » d’un bon mètre de diamètre chacun.

Mais ces magnifiques paysages sous-marins sont malheureusement de plus en plus rares. En Martinique, un grand nombre de ces coraux ont été retrouvés morts ces dernières années. On parle par exemple de plus d’un tiers en moins entre 2005 et 2006. Les causes ? Réchauffement des eaux, pollution, acidification des océans… Mais comme si cela ne suffisait pas, un nouveau danger a été mis en évidence. En 2008, une équipe de biologistes et biochimistes italiens a prouvé la dangerosité des… crèmes solaires ! Selon cette étude, certaines substances chimiques destinées à filtrer les UV ont aussi la fâcheuse conséquence de détruire les micro-algues vivant en symbiose avec les coraux. Vu le nombre de baigneurs et plongeurs tartinés de crème solaire qui nagent dans les eaux martiniquaises, il y a de quoi s’inquiéter.

En conclusion, si vous allez piquer une tête pas loin d’un récif corallien, faites comme nous ! Achetez une crème solaire bio hors de prix, qui s’avèrera impossible à étaler, visiblement inefficace au vu des splendides coups de soleil pris en trois heures chrono, pour finir par l’échanger contre un bon vieux tee-shirt. Mais au moins, vous nagerez la conscience tranquille !

Yann

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *