Flore guyanaise

Depuis le début de ce « Mois de la Guyane », on parle beaucoup d’animaux, tous plus étranges ou surprenants les uns que les autres. Mais la flore guyanaise présente aussi une réelle diversité et quelques surprises. Une jolie fleur au petit matin, c’est bien aussi non ?

Il est vrai que je suis plus à l’aise pour parler faune que flore. Si j’essaye d’accumuler les connaissances sur les animaux, le règne végétal m’attire un peu moins. Pourtant, je dois avouer que la Guyane possède une diversité étonnante, avec plus de 5000 espèces. Ce qui marque en premier, ce sont les grands arbres de la forêt primaire (il s’agit de la forêt qui n’a encore jamais été coupée par l’Homme). Des arbres gigantesques, montant à des dizaines de mètres de hauteur, et dont les racines prennent parfois des proportions étonnantes. Puis on remarque vite les lianes omniprésentes. Quand on parle de lianes, on pense souvent aux longues lianes fines auxquelles se pend Tarzan (désolé pour les références…). Même s’il y en a, on rencontre aussi beaucoup de lianes très épaisses, parfois comme un tronc, et prenant des positions incroyables. De ces lianes descendant de la canopée se trouve parfois accrochées des épiphytes, véritables petits jardins suspendus abritant une foule d’espèces animales.

Et parfois, au hasard des rencontres, on tombe sur de plus petites plantes, mais présentant leur lot de surprise. Par exemple, une pousse aux belles feuilles vertes en apparence tout à fait banale, qui, lorsque l’on tourne ses feuilles, montre un envers bien coloré (jetez un coup d’œil sur la vidéo) ! Mais la surprenante originalité de la flore amazonienne va encore plus loin, avec notamment des plantes qui… bougent. Je parle ici de la petite sensitive (Mimosa pudica), capable de replier ses feuilles au moindre contact (phénomène de thigmonastie pour ceux qui aiment apprendre de nouveaux mots) : la preuve en vidéo! Ce réflexe impressionnant lui permet de se protéger des intempéries ainsi que des herbivores, présentant un aspect bien moi appétissant. Si on savait que l’Amazonie abritait des animaux étranges, on voit bien que la flore n’est pas en reste…

Yann

5 Comments

  1. Nisnis 15 septembre 2009

    Je me permet de rajouter de la Guyane est aussi connu pour ces nombreuses espèces d’orchidées… Elles sont cependant assez difficiles à voir pour des néophytes comme nous…. De plus, la forêt, aux périodes où nous y allons, est verte… Peu de fleurs colorées y sont observables. Par contre, nous pouvons les voir dans les jardins….

  2. Marion 15 septembre 2009

    Jolies fleurs en effet, mais c’était le petit matin ? Difficile à dire avec cet éclairage… Quel est le nom de la plante qui a le dessous des feuilles colorées? Je n’avais jamais vu ça. A quoi cela peut-il bien servir ? (et oui, Yann, je trouve ton article trop court aujourd’hui, il faut bien que je te rajoute des recherches ^^). Idem pour la « thigmonastie » : à quoi ça sert??? Et comment on fait les bébés?

  3. Marine 17 septembre 2009

    Ton orchidée n’est pas une orchidée originaire d’Amérique du sud, elle provient d’Asie, néanmoins, elle est effectivement très représentée dans les jardins guyanais.
    C’est vrai que les orchidées guyanaises sont très nombreuses, mais pas toujours faciles à repérer, hormis à la floraison !

  4. Audrey 22 septembre 2009

    Comme le dit Marion, difficile de déterminer le moment de la capture… Mais j’accroche bien à « l’ambiance » que ça donne : sombre avec ces petites touches de couleur. Le rendu est sympa.

  5. Yann 23 septembre 2009

    Merci Marine pour cette précision! Encore une fois, on n’est pas vraiment calé niveau flore…
    Donc Marion, je ne peux pas te dire de quelle espèce il s’agit pour les feuilles colorées (et aucune idée de l’utilité).
    Pour la thigmonastie, c’est simplement chez les plantes un mouvement déclenché par le touché.
    Par contre pour « comment on fait les bébés », aucune idée… :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *