Anolis chrysolepis

Anolis chrysolepis

Qu’est ce qui ressemble plus à un lézard qu’un autre lézard, pourrait-on se dire ? Pourtant, chaque espèce possède ses caractères et comportements propres. Même s’il est parfois difficile de s’y retrouver entre la quarantaine d’espèces qu’abrite la Guyane – deux fois plus qu’en métropole -, les sept grandes familles de lézards sont étonnamment distinctes. Petit tour en images de quelques représentants de ces taxons, du minuscule anolis au monstrueux téju.

Lorsque l’on marche en forêt, un bruit de fuite dans les feuilles mortes se fait entendre quasiment tous les dix mètres. Si l’on s’arrête la première fois, cherchons encore l’animal la deuxième, on arrête bien rapidement de se poser des questions sur l’auteur de ce remue-ménage : il s’agit dans la quasi-totalité des cas de lézards dérangés durant leur bain de soleil. Parmi ces reptiles particulièrement vivaces et rapides, on trouve ainsi fréquemment un membre de la famille des Scincidae : le Mabuya.

Si ce n’est pas cette espèce, c’est alors un joli lézard coloré Kentropyx calcarata que l’on rencontre lui aussi très souvent, appartenant  à la famille des Teiidae. Mis à part ces deux lézards, les autres espèces se rencontrent plus épisodiquement. Restons tout de même dans cette famille des Teiidae pour présenter le lézard sûrement le plus impressionnant : le téju . Pouvant mesurer plus d’un mètre, il fait plus penser à un varan qu’à un lézard.

A l’opposé, attaquons la famille des Gekkonidae, dont certains membres mesurent à peine quelques millimètres. Ce sont les fameux geckos, réputés pour leur capacité à s’accrocher à tout et n’importe quoi, grâce à leur « setae » (poils microscopiques) disposés sur les pattes. Ici, pas de photo à vous proposer, nous en avons pourtant croisé un il y a deux ans, mais impossible de mettre la main sur un cliché…

Pour les Gymnophtalmidae par contre, il y a eu des photos ! Même si à première vue ce lézard, Neusticurus rudis, semble tout à fait ordinaire, c’est en s’approchant que l’on remarque cette peau si particulière. Notez au passage la forme typique des pattes de lézards. Gymnophtalmidae est la famille de sauriens comptant le plus grand nombre d’espèces en Guyane.

Autre famille, autre aspect : les Tropiduridae, dont les plus beaux représentant sont sans conteste les plicas. Pouvant atteindre une taille respectable, ce lézard se distingue facilement par sa forme caractéristique et ses nombreuses couleurs. Même si l’espèce Plica plica est la plus fréquente (mais nous avons aussi rencontré d’autres espèces), il n’est pas toujours facile de les apercevoir, car ces reptiles ont l’habitude de se plaquer contre un tronc pour se fondre dans le paysage.

Passons rapidement sur la famille des Iguanidae, ne comptant qu’un seul représentant en Guyane – mais pas des moindres. Pouvant atteindre les deux mètres de long, l’Iguane vert est aussi sûrement le plus connu de tous. Etant localisé en particulier sur le littoral, nous en avons peu aperçu.

Terminons par la dernière famille, les Polychrotidae, dont fait notamment partie Anolis chrysolepis, présent sur la photo du jour. Les anolis n’ont ainsi rien à voir avec les gros lézards se prélassant au soleil. Il s’agit surtout de petits lézards de sous-bois, au corps beaucoup plus fin et élancé. Leur comportement même est différent. Au lieu de fuir à toute vitesse, ils préfèrent souvent s’immobiliser sur une feuille. Mais rien n’échappe à l’œil de la photographe (et de son assistant) !

Dans ce petit aperçu des différentes familles, je souhaitais simplement illustrer la grande diversité d’espèces, parfois très éloignées les unes des autres, au sein d’un même groupe d’animaux – sensés se ressembler donc. Mais j’ai volontairement omis de vous parler du lézard le plus étonnant que l’on ait rencontré. Celui qui nous a fait une belle surprise sera donc à l’honneur… dans un prochain post !

Yann

5 Comments

  1. Marion 30 septembre 2009

    Superbe ! Anaïs tu as fait des merveilles ! Mention spéciale pour la photo en Une, les deux photos d’yeux de lézard et les pattes. Très bon rendu, bcp de détails. Bravo.

  2. Nisnis 30 septembre 2009

    Ça me touche beaucoup mais je pense que ça touchera encore plus Yann car ces gros plans sont de lui…. Mes photos sont signées, les siennes non…
    Mais je suis d’accord avec toi, mon homme fait des merveilles…

  3. Yann 30 septembre 2009

    Rhooo que de compliments!
    Pour la première (Neusticurus rudis), c’est une photo fait il y a deux ans que j’aimais beaucoup, mais il y a cette ù%$@#! de brindille de #^$%! devant qui gache un peu le truc.
    Pour la deuxième photo d’oeil dont tu parle (je suppose que c’est le 2ème plica), c’est un lézard que l’on a croisé cette année au retour d’une looooongue balade un peu fatigante. La bête était immobile (j’ai même pu le toucher sans qu’il bouge!) sur un rocher, mais vu que nous étions fatigué, Anaïs n’a pas sorti son appareil, et j’ai juste pris le temps de faire une seule photo. Des fois, ça marche du premier coup!

  4. Marion 1 octobre 2009

    Rendons à César… bravo Yann !

  5. Eve 14 octobre 2009

    De la même façon, j’apprécie beaucoup les photos du Neusticurus rudis ainsi que celle de l’Anolis nitens qui a une position naturelle très amusante je trouve. Bravo aux 2 photographes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *